Ambassade des pigeons

Historique pigeonniers de Paris

Rappel chronologie

Mars 2003 : pigeonnier du 14ème arrondissement de Paris, dit « pigeonnier expérimental »
Année 2007: Pigeonnier de la Roquette (11ème) = pigeonnier pilote de la série qui suivra : dans les 2ème, 18ème, 20ème, 13ème et 19ème.
Année 2010 : Pigeonnier St Eloi (12ème) puis dans le 16ème, dans le 17ème.
Année 2011 : re-démarrage du pigeonnier du 15ème.
Année 2012 : Inauguration du pigeonnier du 10ème, dans le square Alban Sartagne.
La Mairie centrale annonce l'interruption momentanée du programme des pigeonniers tel que prévu (1 par arrondissement) : elle « offrait » le premier pigeonnier à chaque arrondissement, les mairies d'arrondissement prenant à leur charge uniquement les frais d'entretien.

Réflexions

Il nous semble qu'il eût été préférable que la mairie centrale de Paris pense à installer immédiatement plusieurs pigeonniers dans les arrondissements vraiment à « problèmes », tels que le 15ème, le 10ème, le 9ème et autour du Centre Pompidou.
Plutôt que de continuer à stigmatiser les nourrisseurs, il nous semble également qu'il eût été souhaitable que la Mairie de Paris fasse en sorte que :

  1. Cessent toutes les mises à mort des pigeons à Paris, que cessent les captures dans les gares SNCF, RATP et toutes « enclaves » nationales (en particulier écoles et hôpitaux) sans oublier les poses de cages sur les toits des immeubles SIEMP... et les interventions « privées » (en particulier dans les résidences HLM). Car : plus on tue, plus les pigeons survivants se reproduiront, produisant un impact sur les pigeons alentour, y compris sur ceux des pigeonniers installés par la Ville de Paris.
  2. Et qu'elle assume un nourrissage contrôlé des pigeons, (et pourquoi pas, provisoirement, au moyen de graines anriconceptionnelles dans les endroits très problèmatiques, tels que le quartier du Centre Pompidou ?), en partenariat avec les « nourrisseurs, protecteurs » des pigeons, individuellement, puis les associations de protection de ces oiseaux et les services vétérinaires, (en deçà des pigeonniers installés, bien sûr !), de manière à ce que les concentrations, mal perçues par les riverains et préjudiciables aux pigeons, cessent au final d'alimenter une guéguerre lamentable entre les soi-disant pro et contre pigeons et ce, jusqu'à ce qu'il y ait des pigeonniers en nombre suffisant pour aboutir à un impact réel et durable sur les effectifs de ces oiseaux.
  3. que les abris choisis par les pigeons « naturellement » (ils n'ont pas vraiment le choix) soient systématiquement nettoyés et même, (pourquoi pas ?) que l'on puisse  accéder à ces stations de manière à retirer les œufs de temps en temps ! Exemple : sous les ponts SNCF et RATP .
  4. que les services de la voirie nettoient, au karcher, mais oui, les fientes des pigeons là où il le faut...

Enfin, Brigitte Marquet qui a largement contribué à l'implantation des  pigeonniers dans Paris, où elle s'est engagée de manière enthousiaste (depuis début 2003 jusque fin 2011 en tant qu'adhérente puis Vice-présidente - élue en janvier 2010 - de la SPOV), par ses :

• courriers aux maires (rv demandés obtenus, y compris auprès de la direction du Centre Pompidou début février 2006 et qui a abouti à la fin des captures dans cette enclave nationale)
• campagnes de signatures et d'information sur le terrain (sans oublier en région parisienne)
• choix des emplacements pour certains pigeonniers et
• déplacements des pigeons vers plusieurs pigeonniers... (voir vidéo "Envol vers le pigeonnier du 12e, à la fin du reportage du CLEDA sur l'Ambassade des Pigeons, début 2010)
• par son film LA PAROLE AUX PIGEONS, visible sur ce site, s'est réjouie de lire en ligne le Guide "Le pigeon en ville", édité par NATUREPARIF. Il est en grande partie issu de la rencontre du 8 novembre 2011 entre les membres du groupe de recherche inter-disciplinaire : "Le pigeon en ville : écologie de la réconciliation, gestion de la nature" et les gestionnaires, les élus, les associations...(voir ce Guide).

Voici l'enregistrement de notre intervention lors de ce Colloque du 8 novembre 2011, à NATURPARIF.


Intervention colloque

Si l'Etude sur le Pigeon en Ville contribue de manière tout à fait satisfaisante pour nous à rétablir plusieurs vérités (non transmissibilité des maladies des pigeons aux humains, intérêt de la parole des protecteurs de ces oiseaux, entre autres), elle contribue, hélas à accréditer l'idée que les pigeonniers auraient davantage un rôle éducatif (des citadins) qu'un rôle contraceptif (des pigeons).

L'Ambassade des Pigeons, qui s'était déplacée en Allemagne avant le colloque de NATUREPARIF en novembre 2011 et qui a tenu à féliciter, en février 2012, la mairie de BETHUNE pour sa conception éthique et ses réalisations innovantes, s'inscrit totalement en faux contre cette manière de voir : les pigeonniers ont bien pour rôle d'être tout d'abord contraceptifs et ensuite seulement de contribuer à l'information, voire l'éducation des riverains.

Par ailleurs les pigeonniers qui ont servi d'objet d'observation pour cette Etude étant trop peu variés et divers, nous pensons que les résultats prétendus scientifiques ne le sont pas tout à fait.

Et nous tenons à préciser ce que nous mêmes avons observé.

Nous sommes certains que lorsque les pigeonniers sont :

  1. implantés dans un bon endroit,
  2. que les accès aux bâtiments alentour (parkings aussi) ont été bouchés, voire que quelques bâtiments ont en plus été protégés par des fils tendus ou tout autre système qui puisse dissuader les pigeons de se poser, que les stores des commerçants ont été « revus »...
  3. que les nids alentour ont été retirés au bon moment (sans destruction de vies)
  4. que les personnes qui s'occupent des pigeonniers prennent à cœur leur travail,
  5. que les riverains ont été parfaitement informés de cette mise en œuvre , que l'on aura fait appel à leur patience (en effet, les résultats d'un pigeonnier ne sont pas visibles avant un et demi-deux ans)
  6. que la vérité aura enfin été rétablie à propos de la non transmission de maladies par les pigeons
  7. et qu'aucune capture de pigeons ne sera effectuée parallèlement à l'installation des pigeonniers ,

Eh bien : Les pigeonniers fonctionneront parfaitement, selon le résultat escompté : MOINS de NUISANCES, MOINS de PLAINTES en MAIRIE, MOINS de NAISSANCES de pigeons.

Il faut, oui, du cœur à l'ouvrage et certainement de l'huile de coude..., ici !
L'Ambassade des pigeons souhaite vivement que les constructeurs de pigeonniers revoient leurs tarifs à la baisse et que des artisans locaux puissent accéder aux plans de pigeonniers professionnels, de manière à pouvoir construire à moindre coût de tels dispositifs, en particulier dans les petites communes qui ne disposent que de petits budgets puis que la solution des pigeonniers de toits se développe.
Elle souhaite vivement que les services des mairies chargés de « développement durable » s'interrogent sur les possibilités de créer des emplois dans le domaine de la Gestion des animaux en ville, ici des pigeons...

Pour des raisons de confidentialité et sauf exception, nous ne noterons plus les lieux où nous interviendrons, y compris ceux où nous avons réussi à faire installer des pigeonniers. Nos réussites seront communiquées oralement aux mairies et aux personnes sincèrement curieuses et bienveillantes.